e-llico.com mobile
 
  
  Actus
 
 
 Le procès de deux prêtres italiens a débuté - Viols au Vatican 
Viols au Vatican
Le procès de deux prêtres italiens a débuté
 

Le Saint-Siège a donné mercredi le coup d'envoi du procès d'un prêtre italien soupçonné de viols sur un mineur, à l'intérieur même de la Cité du Vatican, tandis qu'un autre prêtre comparaît pour avoir couvert les faits.

 
 
 
 

Lors d'une courte audience mercredi, les deux hommes se sont vu préciser leurs chefs d'accusation et la date de leur audition, renvoyée au 27 octobre.

Le père Gabriele Martinelli, aujourd'hui âgé de 28 ans et né en août 1992, est soupçonné d'avoir imposé durant sa jeunesse des relations sexuelles à un jeune homme âgé d'un an de moins que lui. Les faits auraient démarré en 2007 lorsqu'ils étaient encore tous deux adolescents, âgés de 14 et 13 ans. Ils se seraient déroulés durant cinq ans jusqu'en 2012, année où Gabriele Martinelli avait atteint ses 19 ans.

Les deux garçons étaient logés au "pré-séminaire Saint-Pie X", un palais situé tout près de la résidence du pape François dans la Cité du Vatican. Les pensionnaires hébergés dans ce lieu sont des enfants et adolescents qui étudient dans une école privée dans le centre de Rome et aident durant les messes célébrées dans la basilique Saint-Pierre.

Certains d'entre eux décident ensuite de devenir prêtres et d'étudier dans un séminaire, à l'instar de Gabriele Martinelli qui a été ordonné prêtre à Côme (nord de l'Italie) en 2017.

Selon l'acte d'accusation, qui évoque notamment des actes de sodomie, le père Martinelli aurait eu "recours à la violence et aux menaces" et il aurait en outre profité des "relations de confiance" dont il jouissait en tant que pensionnaire de longue date du pré-séminaire et coordinateur des activités des séminaristes plus âgés.

Le père Enrico Radice, 71 ans, qui était recteur de l'hébergement au moment des faits présumés mais vit aujourd'hui à Côme, est soupçonné d'avoir aidé l'auteur des abus sexuels à se soustraire à des enquêtes. En 2013, il avait notamment envoyé une lettre à l'évêque de Côme pour discréditer une plainte de la victime visant Gabriele Martinelli.

L'affaire avait rebondi avec la parution en 2017 du livre "Péché originel", du journaliste italien Gianluigi Nuzzi, qui racontait comment, au sein du pré-séminaire, un séminariste majeur aurait abusé sexuellement d'au moins un lycéen âgé de "17 ou 18 ans" en 2011-2012, sous les yeux d'un témoin.

Ce témoin polonais, Kamil Tadeusz Jarzembowksi, a raconté que le séminariste venait régulièrement le soir dans sa chambre pour avoir des relations sexuelles avec son camarade de chambre, qui "se sentait obligé de céder à ses exigences" et n'était pas dans une relation amoureuse. Le livre détaillait aussi les tentatives infructueuses de dénonciation auprès d'autorités ecclésiales du Polonais, qui avait vécu sur place de 13 à 18 ans jusqu'en 2014.

Fort de la confiance du recteur des lieux, le séminariste exerçait "une forme de pouvoir et d'intimidation" sur les plus jeunes, affirmait ce témoin. "Je ne reproche pas à ces prêtres d'être homosexuels", déclarait ce Polonais, lui-même gay. "Tout cela est une vaste hypocrisie: dans la journée, ces gens sont homophobes, la nuit ils se déchaînent dans des discothèques gays", avait-il commenté.

Peu après la sortie du livre, la victime s'était finalement exprimée à visage caché dans une émission télévisée, racontant avoir été abusée sexuellement dès sa première année, à l'âge de 13 ans. Le jeune homme avait précisé que la même personne lui faisait parfois des propositions déplacées dans la basilique Saint-Pierre pendant des messes.

Rédaction avec AFP

 

> PUBLICITE <


 
  
  L'Actu
 
 
  
Europe
Le Conseil de l'Europe crée une mission d'observation sur les LGBT en Pologne
 

Soucieux de la condition des personnes LGBT en Pologne, le Congrès des pouvoirs locaux et régionaux du Conseil de l'Europe souhaite regarder de plus près les prétendues "zones sans LGBT". Il va mener une mission d'enquête à distance dans les prochains jours. 
 
 
 
 
  
Nigeria
Les poursuites contre 47 homosexuels de Lagos rejetées
 

Un tribunal nigérian a rejeté mardi les poursuites engagées contre 47 hommes accusés de "manifestations publiques d'affection avec des personnes du même sexe" après une descente de police menée en 2018 à Lagos. 
 
 
 
 
  
Taïwan
Deux couples homosexuels vont se dire oui lors d'un mariage organisé par l'armée
 

Deux militaires taïwanaises et leurs compagnes de même sexe échangeront leurs consentements vendredi lors d'une grande cérémonie organisée par l'armée de ce territoire qui a été le premier d'Asie à reconnaître les unions de personnes de même sexe.
 
 
 
 
  
Réseaux sociaux
Face au Sénat américain, Twitter, Facebook et Google s'agrippent à leur joker
 

Les patrons de Twitter, Facebook et Google s'accordent au moins sur un point: la loi sur l'immunité des réseaux, que nombre d'élus veulent réformer, ne protège pas que les plateformes, mais aussi les utilisateurs, y compris les personnalités politiques et organisations qui s'en servent à loisir.
 
 
 
 
  
Allemagne
Une soirée fétiche de 600 personnes interrompue par la police à Berlin
 

La police a mis fin le week-end dernier à une énorme fête fétiche qui a rassemblé plus de 600 personnes au centre-ville de Berlin. Les participants enfreignaient clairement les restrictions sanitaires liées au Covid-19.
 
 
 
 
  
Etats-Unis
L'avocate archi-catholique Amy Coney Barrett entre à la Cour suprême
 

Le Sénat de Washington a confirmé la candidate du président Donald Trump, lundi soir. La décision a été prise avec les votes de 52 membres républicains du Sénat, les 47 démocrates et un républicain ont voté contre.
 
 
 
 
  
Union civile des couples homosexuels
Des médias évoquent une possible censure papale
 

Le Vatican pourrait avoir coupé certains propos du pape François sur l'union des couples de même sexe, tenus lors d'un entretien avec un journaliste mexicain en 2019 et révélés mercredi, avancent des médias.
 
 
 
 
  
Eglise catholique
Les LGBT catholiques, reconnaissants mais sans illusion, après les propos du pape sur l'union civile
 

"Un geste fort" qui "ne changera rien au quotidien" des couples LGBT mais peut "faire reculer l'homophobie": après les propos du pape François en faveur de l'union civile pour les homosexuels, les fidèles gays et lesbiennes restent prudents et ne s'attendent pas à une révolution de l'Eglise catholique.
 
 
 
 
  
Asie
Le Sri Lanka accusé de pratiquer les tests anaux sur les homosexuels
 

Le gouvernement sri-lankais est accusé d'imposer des "tests" de virginité anale aux homosexuels dans le but de prouver qu'ils ont des relations sexuelles avec des hommes et de les poursuivre en justice. 
 
 
 
 
  
Eglise catholique
Le pape François se dit en faveur de l'union civile pour les couples homosexuels
 

Le pape François a défendu mercredi très explicitement le droit des couples gays, "enfants de Dieu", de vivre au sein d'une "union civile" qui les protège légalement.
 
 
   
  e-llico 
   

Voir la version classique du site