e-llico.com mobile
 
  
  Actus
 
 
 PMA pour toutes et accès aux origines, les principales mesures votées - Loi bioéthique  
Loi bioéthique
PMA pour toutes et accès aux origines, les principales mesures votées
 

PMA pour toutes, réforme de la filiation, autoconservation des ovocytes, accès aux origines: voici les principales mesures du projet de loi bioéthique adopté en deuxième lecture par l'Assemblée nationale, dans la nuit de vendredi à samedi.

 
 
 
 

Le projet de loi devra encore repasser devant le Sénat, peut-être pas avant janvier 2021, avant que les parlementaires des deux chambres ne tentent de trouver une version de compromis.

- Elargissement de la PMA

La PMA (procréation médicalement assistée) va être autorisée aux couples de lesbiennes et aux femmes célibataires, et non plus réservée aux seuls couples hétérosexuels. Elle sera remboursée par la Sécu, pour un coût évalué à 15 millions d'euros annuels supplémentaires. La PMA pour les hommes transgenres et la PMA post-mortem ont été rejetées.

- Réforme de la filiation

Conséquence de l'ouverture de la PMA, le texte prévoit un nouveau mode de filiation pour les enfants de couples de femmes. Les couples de femmes devront passer par une reconnaissance anticipée de l'enfant devant notaire, comme peuvent le faire les couples hétérosexuels non mariés. La filiation sera établie à l'égard de la femme qui a accouché via sa désignation dans l'acte de naissance, tandis que celle qui n'a pas porté le bébé le sera par la reconnaissance conjointe.

Les couples de femmes qui ont eu recours à une PMA à l'étranger avant la loi pourront par ailleurs, pendant trois ans à compter de la publication du texte, faire une reconnaissance conjointe pour établir la filiation. Le ministre de la Justice Eric Dupond-Moretti s'est engagé à travailler aux situations non prévues en l'état, comme le cas où les couples se sont séparés depuis la PMA.

- Accès aux origines

De nombreux adultes nés d'une PMA avec donneur veulent savoir qui est l'auteur du don. Le texte prévoit que les enfants nés d'un don après l'entrée en vigueur de la loi puissent accéder à leur majorité à des "données non identifiantes" (âge, caractéristiques physiques, etc.) du donneur et même, s'ils le souhaitent, à son identité. Conséquence: désormais, un donneur de gamètes devra obligatoirement accepter que son identité puisse un jour être révélée à l'enfant né de ce don, si ce dernier le souhaite.

Pour autant, le don lui-même restera anonyme: on ne pourra toujours pas choisir son donneur et un donneur ne pourra pas choisir à qui il donne. Contre l'avis du gouvernement, les députés se sont prononcés pour que ce dispositif d'accès aux origines puisse être rétroactif, en contactant les donneurs passés pour savoir s'ils acceptent de transmettre des données non identifiantes et leur identité. Egalement contre les préconisations du gouvernement, les députés veulent permettre aux parents qui le souhaitent d'avoir accès aux données non identifiantes du donneur avant la majorité de leurs enfants. Ces deux dispositions pourraient donner lieu à de nouveaux débats pendant la suite du processus parlementaire.

- Autoconservation des ovocytes

Conserver ses gamètes (ovocytes et spermatozoïdes) pour mener à bien une grossesse future est aujourd'hui très encadré et autorisé pour des raisons médicales (cancers, endométriose...). Hormis ces situations, il n'est pas permis de les congeler pour les utiliser plus tard, lorsque la fertilité baisse (après 35 ans). Le texte lève cette interdiction pour des raisons sociétales, avec un encadrement dans le temps.

Cette autoconservation devra se faire en principe dans des établissements de santé publics ou privés à but non lucratif. Mais les députés ont voté de possibles dérogations pour certains établissements privés à but lucratif, s'ils sont les seuls à pratiquer l'autoconservation des gamètes dans leurs territoires et s'ils appliquent les tarifs de la Sécurité sociale. Cela pourrait concerner des territoires d'Outre-mer et la Corse.

- Cellules souches et embryons

Interdites sauf dérogation jusqu'en 2013, les recherches sur l'embryon et les cellules souches issues d'un embryon humain sont aujourd'hui strictement encadrées. Le texte facilite les recherches sur les seules cellules souches embryonnaires. - Tests génétiques Actuellement, quand un médecin généticien procède au test génétique d'un patient, il ne peut le faire que dans un but défini à l'avance (par exemple, identifier une maladie): s'il découvre autre chose, il ne peut en informer le patient. Désormais il le pourra. Le libre recours aux tests ADN "récréatifs" génétiques reste interdit.

- "Bébé médicament"

En deuxième lecture, l'Assemblée s'est prononcée pour le recours au "bébé médicament", une technique destinée à sauver un frère ou une soeur atteints d'une maladie génétique. Avec l'aval du gouvernement, les députés ont par ailleurs voté contre l'élargissement du diagnostic préimplantatoire à la recherche d'anomalies chromosomiques (DPI-A). Certains élus de la majorité réclamaient une expérimentation de cette technique pour éviter des fausses couches ou repérer une éventuelle trisomie 21 de l'embryon avant une PMA.

Rédaction avec AFP

 

> PUBLICITE <


 
  
  L'Actu
 
 
  
Variole du singe
Onusida met en garde contre l'homophobie et le racisme
 

L'Onusida a averti dimanche que les dérapages homophobes et racistes parfois constatés dans les commentaires sur la variole du singe pourraient "rapidement miner la lutte contre l'épidémie".
 
 
 
 
  
Variole du singe
Les cas pourraient s'accélérer en Europe, avertit l'OMS
 

Les cas de variole du singe pourraient s'accélérer en Europe, a estimé vendredi un responsable régional de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) tandis qu'au moins huit pays européens ont recensés des malades, dont 20 au Royaume-Uni.
 
 
 
 
  
Variole du singe
De nouveaux cas chaque jour au Royaume-Uni, en Grèce, en Suisse et en Israël
 

Le Royaume-Uni enregistre chaque jour de nouveaux cas de variole du singe, a indiqué dimanche une responsable de l'Agence britannique de sécurité sanitaire, un sujet que le gouvernement dit prendre "très au sérieux". Des cas sont signalés par ailleurs en Grèce, en Suisse et en Israël. 
 
 
 
 
  
Foot / Homophobie
L’ex-arbitre Nicolas Pottier révèle son homosexualité en espérant faire avancer les choses
 

L’ancien arbitre international français Nicolas Pottier a fait son coming out suite à l'affaire Gana Gueye. 
 
 
 
 
  
Discrimination
L'Autriche ouvre le don du sang aux homosexuels, bisexuels et transgenres
 

L'Autriche a levé vendredi l'interdiction faite de facto aux homosexuels, aux bisexuels et aux transgenres de donner leur sang, "mettant fin à une discrimination d'un autre âge", a annoncé le ministère de la Santé.
 
 
 
 
  
Santé / Sexe
A Madrid, un sauna gay soupçonné d'être un foyer de variole du singe contraint de fermer ses portes
 

Un sauna gay de Madrid, soupçonné d'être un foyer de variole du singe, a été contraint de fermer ses portes, ont confirmé vendredi soir à l'AFP les autorités sanitaires locales, au moment où cette maladie rare s'étend en Europe et en particulier en Espagne.
 
 
 
 
  
Variole du singe
Trois cas en Belgique liés au festival fétichiste Darklands
 

Trois cas de variole du singe ont été identifiés en Belgique, tous liés à un rassemblement fétichiste gay tenu récemment à Anvers, ont averti vendredi les organisateurs, appelant à la vigilance tous ceux qui l'ont fréquenté.
 
 
 
 
  
Foot / Homophobie
Les Ultras du PSG apportent leur soutien à Idrissa Gueye
 

Le collectif des Ultras du Paris Saint-Germain a apporté jeudi son soutien au joueur sénégalais Idrissa Gana Gueye, critiqué pour son refus supposé de s'associer à une action du football français contre l'homophobie.
 
 
 
 
  
Football
A six mois du Mondial-2022, le Qatar sur la défensive sur la question des droits humains
 

A six mois de la Coupe du monde de football au Qatar, les huit stades sont prêts mais des interrogations demeurent sur les droits humains, apparues dès l'attribution de l'événement au petit émirat gazier en 2010.
 
 
 
 
  
Variole du singe
Une maladie rare dont on guérit en général spontanément
 

La variole du singe, dont plusieurs cas ont été détectés en Europe et en Amérique du Nord, notamment dans la communauté gay, est une maladie rare originaire d'Afrique, dont on guérit en général spontanément.
 
 
   
  e-llico 
   

Voir la version classique du site